Valérie DEL photographies


01 septembre 2016

Glaise ... la vie ne demande qu'à être caressée et modelée avec Amour .... non ?

glaise

Posté par VALERIE-DEL à 12:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mai 2016

Merci ...

ainsi va la vie

...pour toutes les preuves d'Amitié reçues ce jour

Posté par VALERIE-DEL à 22:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 avril 2016

une histoire de chemin

FEUILLE 3

"Ce qui compte, ce n'est pas de gravir cette montagne, ou bien celle-ci, ou bien encore celle-là, mais de parcourir le chemin. Et de le faire avec attention, persévérance, avec le coeur ouvert et l'esprit vigilant. Ce n'est pas le nom du sommet que nous avons gravi qui nous transforme, mais la présence et l'amour que nous avons mis dans la marche. Le monde est beau par la variété de ses paysages. La vie spirituelle est belle par le foisonnement de ses chemins." Frédéric LENOIR, L'Ame du Monde.

 

FEUILLE 4

Posté par VALERIE-DEL à 21:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 avril 2016

Eveil

caverne

 

 

Les ténèbres de notre ignorance nous donnent l'illusion que la lumière doit se trouver quelque part dans quelque endroit secret de la planète ... et pourtant pour celui qui sait voir et entendre,  une intuition lui indique un autre chemin plus intérieur sur lequel la persévérance et la vigilance seront de mise afin de parvenir à l'éveil ...

 

 

sysiphe

sentier karstique, Merey sous Montrond (25) : http://www.merey-sous-montrond.fr/sentier_karstique_merey_sous_montrond.html

 

 

Posté par VALERIE-DEL à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


31 mars 2016

Forgeron

forgeron

Posté par VALERIE-DEL à 22:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 janvier 2016

2016

carte voeux 2016 2

"En donnant trop d'importance aux belles actions, on rend finalement un hommage indirect et puissant au mal. Car on laisse supposer alors que ces belles actions n'ont tant de prix que parce qu'elles sont rares et que la méchanceté et l'indifférence sont des moteurs bien plus fréquents dans les actions des hommes. (...) Le mal qui est dans le monde vient presque toujours de l'ignorance, et la bonne volonté peut faire autant de dégâts que la méchanceté, si elle n'est pas éclairée. Les hommes sont plutôt bons que mauvais, et en vérité ce n'est pas la question. Mails ils ignorent plus ou moins, et c'est ce qu'on appelle vertu ou vice, le vice le plus désespérant étant celui de l'ignorance qui croit tout savoir et qui s'autorise alors à tuer. L'âme du meutrier est aveugle et il n'y a pas de vraie bonté ni de bel amour sans toute la clairvoyance possible." Albert Camus, La Peste

 

Posté par VALERIE-DEL à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 décembre 2015

Ballade à Pezenas (Hérault)

carte voeux 2016 1

Posté par VALERIE-DEL à 17:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 décembre 2015

Étrange reflet

etrange reflet

Posté par VALERIE-DEL à 14:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 novembre 2015

Persiennes

persiennes

Posté par VALERIE-DEL à 22:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 octobre 2015

Décollage iminent

 

volcanique

Vulcania octobre 2015

Posté par VALERIE-DEL à 18:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 octobre 2015

Minois

 

DSC01178

 

Posté par VALERIE-DEL à 20:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 septembre 2015

Festival de Chaumont sur Loire 2015

 

à table 2

 

Nouvel album photo dédié à la saison 2015 ..... des photos des jardins, mais également des installations et expositions d'art contemporains 

cliquez sur l'album sur votre gauche..... ou sur le lien :  http://gemaron.canalblog.com/albums/chaumont_sur_loire_2015/index.html 

 

 

 

"C’est au patrimoine vert, au génie végétal que le Festival International des Jardins de Chaumont-sur-Loire s’intéresse cette année, avec le souhait d’émerveiller les visiteurs, mais aussi de valoriser, de soutenir ceux qui consacrent leur vie et leur énergie à conserver, sauver, multiplier d’extraordinaires curiosités végétales. C’est pourquoi l’édition 2015 est consacrée aux « jardins de collection ».

Tout collectionneur d’objets, d’œuvres ou de plantes rares est aspiré par la spirale d’une passion dévorante. Collectionner, c’est rassembler ce que d’autres n’ont pas, c’est aimer le précieux, l’unique et l’original. C’est aussi rechercher le divers, le multiple et le différent, c’est compiler, sans fin, des trésors, des trouvailles et du merveilleux. Les collectionneurs sont des êtres particuliers qui ont le goût salutaire du rare et montrent volontiers le fruit de leurs quêtes ferventes. Le monde du végétal n’échappe pas, bien au contraire, à cette frénésie bien connue dans le monde de l’art.

Ce sont donc des jardins extraordinaires, des jardins de collectionneurs, des cabinets de curiosités verts qui marqueront l’édition 2015 du Festival International des Jardins. Ces derniers s’annoncent riches de végétaux rares, de plantes jamais vues et surtout présentées de manière contemporaine, inattendue, surprenante, avec une scénographie, des matériaux, un design innovants, exceptionnels, inaccoutumés. Ce sont des jardins exigeants, singuliers, hors des sentiers battus, offrant au regard des plantes et des fleurs insolites, réputées introuvables, remarquables par leur singularité, autant que par les associations et les mises en scène imaginées par les concepteurs". (source : http://www.domaine-chaumont.fr/)

Posté par VALERIE-DEL à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 septembre 2015

Le Petit Prince

etoile du petit prince

 

"Les gens ont des étoiles qui ne sont pas les mêmes. Pour les uns, qui voyagent, les étoiles sont des guides. Pour d'autres, elles ne sont rien que de petites lumières. Pour d'autres, qui sont savants, elles ont des problèmes. Pour mon businessman elles étaient de l'or. Mais toutes ces étoilent là se taisent. Toi, tu auras des étoiles comme personne n'en a ...

Que veux tu dire?

Quand tu regarderas le ciel, la nuit, puisque j'habiterai dans l'une d'elles, puisque je rirai dans l'une d'elles,  alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire!"

Le Petit Prince, Antoine de Saint-Exupéry

Posté par VALERIE-DEL à 20:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

15 juin 2015

Vagues almuminiumisées

 

vague aluminiumisée

 EL ANATSUI , exposition Chaumont sur Loire 2015


El Anatsui est connu pour ses sculptures en bois, en argile et ses assemblages complexes de matériaux recyclés. A la fin des années 1970, il privilégie l’utilisation des tessons de verre et de débris de céramiques. Deux décennies plus tard, il réalise ses premières pièces de « tissus » à partir de « matériaux pauvres ».

Les installations murales monumentales d’El Anatsui  sont constituées de « matériaux de rebut »: capsules de bouteilles en aluminium, canettes concassées, aplaties, ou encore de tôles découpées. L’artiste assemble soigneusement ces matériaux et les relie entre eux par des fils de cuivre. Les pièces sont d’abord composées au sol, puis elles sont fixées au mur. Leurs formes souples et irrégulières évoquent des drapés, des tapisseries, des vêtements . Les œuvres aux couleurs vives et chatoyantes s’inspirent des grandes étoffes « kente », pièces aux motifs symboliques portées par les chefs ghanéens. (source : http://www.domaine-chaumont.fr/)

Posté par VALERIE-DEL à 21:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2015

Le Monde invisible

 

pastel clocher

« Tu as longtemps erré, auprès de la forme extérieure, à la recherche de l’imperfection.
La vraie beauté est cachée, cherche-la donc dans le monde invisible.
Si le voile qui dérobe à nos yeux ces mystères venait à tomber, il ne resterait ni habitant ni habitation dans le monde ; car toutes les formes visibles seraient anéanties, et tout ce qui paraît excellent serait avili. »

Extrait de La Conférence des oiseaux (en persan : منطق الطیر, Mantiq at-Tayr) est un recueil de poèmes médiévaux en langue persanne publié par le poète sooufi Farid Al-Din Attar en 1177

Posté par VALERIE-DEL à 22:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 janvier 2015

2015

voeux 2015

Posté par VALERIE-DEL à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 décembre 2014

Fêtes

 

fetes

Je vous souhaite de passer de joyeuses fêtes !

Posté par VALERIE-DEL à 22:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 décembre 2014

Le mythe de Sisyphe

 

 

bugarach 1

Le Mont Bugarach, ascension du 19/08/2014

2h30 de montée et 2h de descente

 

 

Les mythes dressent le constat des réalités de la condition humaine, ils sont la réponse collective des hommes qui cherchent un sens à leur vie. Ces questions pourraient commencer par : pourquoi, quoi, qui, comment, avant, après, …

Tous les peuples sur tous les continents et à toutes les époques se sont posés ces questions et ont tenté d’y apporter une réponse, notamment au travers des mythes.  Michel Meslin  dans son livre « des mythes fondateurs pour notre humanité » dira des mythes, qu’ils « précisent ainsi la place des humains dans le monde tel qu’il est et où ils vivent. Ils révèlent l’homme à lui-même à partir des grandes interrogations que pose son existence».

Et je crois que c’est certainement pour cette raison que j’ai choisi le mythe Sisyphe. Il répond en partie aux questions que je me pose sur le sens de la vie et la persévérance dont je dois faire preuve dans la quête de « ma » Vérité.

 Dans la mythologie grecque, Sisyphe c’est cet homme rusé qui fonda la ville de Corinthe. Pour obtenir une source dans sa ville, il trahit le secret de Zeus. Il est alors puni de mort. Alors que Tathanos vient pour l’emmener, Sisyphe réussi à enchainer la mort par la ruse. Arès sera dépêché pour délivrer la mort et emmener Sisyphe avec lui dans les ténèbres du Tartare. Cependant là encore il use de la ruse pour convaincre Perséphone de le laisser remonter au monde des vivants afin qu’il puisse avoir une sépulture. C’est Hermès qui sera chargé de le ramener, à nouveau, dans le monde des morts pour que lui soit infligé un châtiment éternel.

Sa punition réside dans le fait qu’il doit faire rouler un énorme rocher  jusqu’en haut d’un mont, et lorsque celui-ci atteint le sommet, la pierre lui échappe des mains et dévale la pente …. et ce inlassablement depuis des siècles.

Triste sort me direz vous ! Cependant au travers de Sisyphe, ne sommes nous pas devant l’image de la vie … de notre vie car Sisyphe est évocateur de la condition humaine sur bien des plans.

Il me renvoie tout d’abord à d’autres punitions divines, d’autres mythes qui tentent d’expliquer notre existence et cet ordre des choses que nous connaissons. Ensuite il m’inspire l’absurdité apparente de la vie. Enfin il est porteur de message pour la chercheuse que je suis.

 Commençons tout d’abord par cette punition divine, châtiment infligé par Dieu à l’Homme.

 Sisyphe roi de Corinthe a désobéit  …il perd de ce fait son statut et sa liberté. Cela n’est pas sans évoquer pour moi la punition d’Adam et Eve alors qu’ils cherchaient à s’approprier la connaissance, ou de ces hommes qui voulaient se placer à l'égal de Dieu, le défier par la recherche de la connaissance en construisant la Tour de Babel … Tour qui partie de la terre aurait rejoint le ciel. Ils ont été punis voire bannis pour leur désobéissance, leur vanité. Ils ont perdu le langage, ce lien direct qui les unissait au sacré…. Cependant ils ne sont pas anéantis. Le mythe de cette punition est porteur de messages car en dénonçant l’erreur humaine qui a provoqué la perte, il montre par là même le chemin qui permettra la rédemption.

Il y avait donc un avant et un après la « faute ». Et dans de nombreuses traditions nous pouvons retrouver cette idée d’un âge d’or qui nous a précédé et que les hommes tentent de retrouver.

S’il y avait un avant pour Sisyphe, roi de Corinthe, héros … il semble cependant que le temps se soit suspendu pour lui. En effet, à première vue rien ne change puisque la même scène se renouvelle. Comme si cela indiquait que la temporalité de l’action n’existe pas. Nous pourrions tout d’abord penser, qu’étant en Tartare, monde des ténèbres,  Sisyphe n’est plus soumis à ce temps qui rend les hommes vulnérables avec l’âge…et de fait …mortels. Aussi, nous qui pouvons redouter la mort, nous pourrions être en « arrêt » devant l’éternité du châtiment de Sisyphe.

A moins que la « Vérité » réside dans le fait qu’en réalité, le temps, du moins comme nous nous le représentons, n’existe pas. En effet qu’est-ce que la notion de temps ? Comparez le temps de vie d’un moustique, d’un homme, d’un chêne de 400 ans… ou de la naissance de l’univers. Voici le temps plus que relatif ! Sans parler de l’hypothèse qui évoquerait la possible poursuite de la vie une fois notre enveloppe corporelle redevenue poussière… Mais bon, même si la vérité est ailleurs, n’empêche que ce pauvre Sisyphe me renvoie bien à ma condition humaine … au sens de la vie, ici et maintenant.

Bien entendu plusieurs lectures de ce mythe sont possibles. Nous pouvons, là encore, ne voire que l’absurdité de la situation dans laquelle se trouve Sisyphe. En effet, sommes-nous si loin de cet homme qui met en œuvre toute sa technicité et sa force à soulever, pousser, hisser cette pierre en haut d’une montagne mais qui n’arrive pas à en franchir le sommet ? La gravitation le retient à la matière, à cette terre … anéantissant l’œuvre accomplie. Sisyphe c’est l’éternel recommencement de la vie. Les hommes naissent et se succèdent sans qu’il ne semble y avoir une fin. Quel est le sens de cette vie ? Parfois je me demande s’il est plus courageux de vivre … ou de mourir ? Car enfin si Sisyphe a été puni pour s’être dérobé à la mort ; je me demande si désormais il ne l’appellerait pas de toutes ses forces. Comment un homme peut-il préférer ce travail vain et épuisant à la douce mort du corps ? Est-il résigné ou garde t-il espoir en une fin heureuse ?

Oui, l’espoir ! Car enfin, comment ne pas voir que cet homme a cherché des réponses à chaque fois que des difficultés se présentaient à lui. Il a quand même vaincu la mort à 2 reprises ! Ce n’est pas rien ! Aussi, finalement, je ne peux l’imaginer avoir perdu tout espoir alors qu’il pousse cette pierre. S’il met toute son énergie et sa force à l’œuvre alors qu’il est dans l’action ; nul doute que toute sa sagesse et sa réflexion sont également à l’œuvre alors que la pierre redescend la pente.

 Il est possible pour certains d’entre nous, ou en tout cas à certains moments de notre vie, que nous « ruminions », que nous trouvons certaines situations injustes. Mais combien de fois l’homme doit il renouveler ses erreurs avant de comprendre. Parfois il nous faut toute une vie … parfois des siècles. Mais l’expérience et l’histoire nous montrent que dans les grands malheurs individuels ou collectifs, l’espoir fait partie intégrante de notre nature humaine. Car la vie n’est-elle pas cette succession d’évènements tristes et heureux qui nous construisent. Ce n’est pas l’évènement qui compte mais la façon dont on vit cet évènement. Et l’expérience nous grandis, du moins est-ce ainsi que je vois la vie.

Pour moi l’expérience c’est l’acceptation de vivre le plus  consciemment possible les évènements qui nous arrivent qu’ils puissent, au premier abord, nous paraitre bon ou mauvais ; mais c’est également voire en la rencontre de l’Autre la formidable possibilité d’accroître notre tolérance, notre compréhension de l’autre et par là même la connaissance de notre propre Moi.

Je rapproche ce cheminement de la démarche heuristique, méthode de découverte empirique. Ce qui ne veut absolument pas dire que j’ai trouvé une voie royale pour accéder à la lumière. Ce serait trop facile. Il s’agit d’une démarche toujours à double tranchant. J’avance, trébuche, recule, avance à nouveau …

Tout comme nous descendons dans les profondeurs de notre puit intérieur pour mieux remonter sur les cimes de notre conscience. Comme Sisyphe, quoique nous fassions, nous retrouvons toujours notre fardeau. L’homme en quête de spiritualité porte ce fardeau.

Nous portons en nous le poids de notre histoire qu’elle soit personnelle, familiale, sociétale ; le poids de nos convictions et croyances, de notre éducation et culture. Je dois prendre conscience de la présence de ces conditionnements. Je dois apprendre à me connaître et à me reconnaître. Je ne dois pas chercher à vaincre mes démons, mais à les apprivoiser et ainsi ouvrir ma conscience. Et pour cela je dois faire preuve, tout comme Sisyphe de détermination, de courage, de persévérance dans ma quête. Cela est loin d’être simple car cela suppose de se poser les bonnes questions et d’essayer d’y répondre … ce qui nécessite de nombreuses recherches et de se frotter à l’expérience … mais aussi de nombreuses visites dans les profondeurs de notre être.

Sommes-nous dans l’alchimie ? Alchimie dans notre propre cœur, corps, âme.  Il nous faut chercher le moyen de nous alléger, nous détacher d’une certaine forme de matérialisme, d’égoïsme ; nous ouvrir sans naïveté à l’amour de la vie dans sa pluralité et dans son éternité. Est-ce cela la quête de la pierre philosophale ? Est-ce cela la quête de la Beauté ?

Et peut-être qu’avec le temps cette pierre au départ si lourde pour Sisyphe, perdra t’elle peu à peu de sa consistance, de sa matière. Il marchera d’un pas léger vers les cimes de cette montagne et rejoindra le ciel et la lumière. Cela fait écho à un passage de l’évangile de Jean : « Il faut qu'il croisse, et que je diminue »… que la matière se transforme, se transfigure pour que l’Or puisse apparaître.  

Au travail me direz-vous ! Et je vous répondrai : oui, j’y retourne de ce pas ! Il n’y a que par ce travail que je me rapprocherai de ma destination. Toujours se remettre sur mon ouvrage avec force et sagesse. Rechercher la beauté qui me rapprochera de la Connaissance. Je dois tempérer mes ardeurs, rechercher la constance sur ce chemin solitaire. Solitaire, car ce chemin est aussi unique que moi, solitaire car je suis l’objet de ma recherche. Sisyphe est solitaire. Cependant comme je l’ai dit précédemment cette construction du Moi n’est possible qu’avec la rencontre de l’Autre. Je crois que c’est pour cette raison que la Fraternité Humaine nous rapproche et nous lie.

Sisyphe ou le miroir de ma quête : je sais que ce chemin sera long et difficile ; que souvent je manquerai de force et de courage. Mais je sais aussi que lorsque j’arriverai dans l’abîme de mes doutes, cette force qui unis les êtres entre eux éclairera ma voie et que je sortirai plus grande et plus forte … plus sage peut-être…

Durant la rédaction de ce texte j’ai écouté et réécouté un morceau de la musique du film « the mission », composée par Ennio Morricone : Miserere…. Je vous invite à l’écouter sur ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=qItYul8j2v0

Bien à vous

Je dédis plus particulièrement ce texte à Alexandra. Amitiés

Posté par VALERIE-DEL à 20:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 novembre 2014

Clochettes de cucurbitacées

 

clochettes de cucurbitacees

 

Cathédrale de Nevers (58)

Sortie photo animée par Alain PREAULT   http://apphotographies.aminus3.com/

 

etrange haloween

 

Posté par VALERIE-DEL à 21:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]